Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'oeil d'une blonde

L'oeil d'une blonde

Un blog journalistique écrit par une jeune femme blonde sur l'actualité en Bretagne dans un premier temps.


Françoise Le Karv Vaillant, la vagabonde aux pieds sur terre.

Publié par L'oeil d'une blonde sur 26 Novembre 2016, 14:48pm

Catégories : #parlementdebretagne

C'est Place Sainte Anne, à Rennes, que je rejoins Françoise Le Karv Vaillant, candidate aux élections nationales bretonnes. Souriante, elle est accompagnée de sa fille unique Marion.

 

Françoise Le Karv Vaillant, candidate aux élections nationales bretonnes de novembre 2016.

 

Nous sommes donc en début de soirée quand Françoise, Marion et moi arrivons dans mon studio. De petite taille, un style quelque peu baba-cool, la mère célibataire s'assoit naturellement au sol. Sa fille et moi étant installées sur le canapé de l'autre côté de la table, nous formons une table ronde. Un clin d'oeil à la future disposition des parlementaires bretons. Mais en attendant de savoir si elle sera de la partie ou non, Françoise a de nombreuses idées à proposer. Tellement, qu'elle prend la parole avant même que je commence à lui poser des questions.

Originaire de Lorient, la candidate habite aujourd'hui à Brec'h (56). Elle a longtemps travaillé dans l'hôtellerie et la restauration. "Ce qui est enrichissant dans un métier, c'est la polyvalence", affirme la vagabonde dans l'âme. "Faut que ça bouge!", ajoute-t-elle. Un dynamisme qu'elle alimente en allant à la rencontre des gens. "J'ai beaucoup voyagé et me présente toujours comme bretonne à l'étranger", me confie Françoise. Une culture qu'elle revendique comme proche de la nature, tout comme le métier qu'elle exerce. En effet, lorsque sa fille a grandi, Françoise s'est demandée ce qu'elle allait faire de sa vie. "J'ai décidé de passer un BEPJEPS après avoir obtenu un BAFA", raconte la pétillante bretonne. Un diplôme qui forme des animateurs à la mise en place et création de projets d'animation à partir des éléments de la ferme: les animaux, le jardin et l'environnement. Il ne s'agit pas de devenir agriculteur mais d'éduquer des publics diversifiés pour transmettre des savoirs, savoir-faire et savoir-être.

Mais aujourd'hui, à la manière des indiens, Françoise veut que la Bretagne retrouve son territoire historique pour mieux protéger celui-ci. Une volonté que la candidate aux élections nationales bretonnes ne pense plus réalisable sans que la Bretagne acquiert son indépendance.

 

"La France n'appartient plus aux français. Elle a déjà été vendue."

 

Marion, la fille de Françoise, intervient de temps à autre dans la conversation. Un peu dépassée par le déroulement de l'entrevue, j'ai des difficultés à poser mes questions. D'autant plus que la lorientaise est un vrai moulin à paroles! Mais l'échange se poursuit dans une atmosphère amicale.

Lassée de l'Etat Français qui impose sans consulter les différentes populations présentes dans l'Hexagone, la bretonne met tous ses espoirs dans le réveil du Parlement de Bretagne. "Les grecs disaient des celtes que nous ne parlions pas la même langue mais que nous pensions tous pareils. Le français, contrairement au breton, n'est pas un celte. C'est un romain", affirme Françoise. "Je ne dis pas que nous sommes mieux ou moins bien que les autres, c'est juste notre culture", précise la cinquantenaire. Il est vrai que l'Etat Français n'a jamais été très ouvert envers ceux qu'on appelle les nations minoritaires présentes sur son territoire administratif. En même temps, la Bretagne a perdu officiellement son indépendance sur la base d'un Edit d'Union en 1532. Un Edit qui a été signé uniquement par le Royaume de France! Un affront que Françoise Le Karv Vaillant n'a pas oublié.

Dans le même esprit, elle aurait aimé que les bretons soient consultés avant d'offrir l'hospitalité aux migrants de la jungle de Calais. "On aurait dit oui dans la mesure où accueillir des gens n'est pas un problème", imagine-t-elle sincèrement avant de poursuivre. "Il faut simplement que ces personnes aient envie de s'intégrer". S'ouvrir aux autres est en effet un partage où chacun doit mettre de l'eau dans son vin. De même que lorsqu'on rentre dans un temple, certaines choses sont sacrées et on se doit de les respecter. C'est la définition même de la laïcité selon Françoise. "C'est une difficulté qu'on retrouve partout aujourd'hui".

 

Mettre les choses à plat pour repartir sur de bonnes bases.

 

Le projet d'une Bretagne Fédérale indépendante fait un tabac. Françoise Le Kav Vaillant le soutient aussi car "il permettra de voir les petits problèmes de chacun". Des petits problèmes comme lorsqu'on achète un terrain de 5000 m² constructible et qu'il ne l'est plus au moment où l'on souhaite y installer sa maison. Ou encore la fermeture d'un petit hôpital et l'absence de médecins généralistes dans certaines zones rurales. "Nous avons besoin de petits et de grands hôpitaux", affirme Françoise. Christian Troadec, en tant que maire de Carhaix (29), avait d'ailleurs fait pression pour que la maternité de sa commune reste ouverte. Sa candidature aux élections présidentielles françaises de 2017, serait-elle un moyen supplémentaire pour faire bouger les choses? "Il a quand même toujours cette image de chef des Bonnets Rouges auprès de la France", rappelle Françoise. "Voter pour lui c'est dire à cette même France, on ne veut plus de votre système centraliste", pense la mère célibataire.

 

Christian Troadec, maire de Carhaix et candidat aux élections présidentielles françaises de 2017, à Carhaix (29) le 30 novembre 2013. (Source Le Télégramme)

 

Une agriculture biologique.

 

Le gros dossier de la Bretagne, c'est l'agriculture. Dans sa profession de foi, Françoise Le Karv Vaillant écrit vouloir "aller vers une régulation entre les exports et les imports en tenant compte de [la] production [bretonne]". Il est vrai que la Breizh est déjà une image, des produits. "Les bretons ne sont pas racistes mais ils ne veulent pas des accords de libre-échange tel que TAFTA (1) et CETA (2). Des accords écrits pour contrôler les peuples", dénonce ce sacré petit bout de femme. Agacée par l'américanisation incessante de l'Europe, Françoise déplore la dépense en éclairages publics "juste pour un Père Noël Coca Cola". En 2016, elle estime que "nous avons tout ce qu'il faut pour équilibrer la nature, l'humain et la technologie".

Dans cette optique, la candidate propose la mise en place de cuves de méthanisation individuelles ou collectives. "Ceci engendrerait la production d'énergies vertes qu'il serait possible de vendre, ensuite, aux particuliers", explique Françoise Le Karv Vaillant. Mais qu'est ce qu'une cuve de méthanisation? Un immense composteur avec moins de paille. La première matière qui en résulte est du lisier, la deuxième du gaz de chauffage et la troisième du gaz électrique. "Les déchets seraient ainsi recyclés", me dit la bretonne. "Que chacun et chacune devienne un citoyen, une citoyenne", conclut-elle.

Espérant changer les choses en commençant localement, Françoise pense que le Parlement devrait, après son installation le 17 décembre 2016, travailler avec les différentes corporations. "Ils nous diront quelles sont les solutions les plus adaptées", spécifie-t-elle. Des solutions auxquelles elle a elle-même réfléchi. La candidate propose de créer une centrale d'achat bretonne au statut de coopérative (3) ou de GIE (4). Les producteurs alimentaires pourraient y centraliser leurs produits. "On pourrait ainsi accroître les surfaces type ruches ou lait 100% fermier", développe la morbihannaise. "La créativité c'est ce qui nous permettra d'aller loin", affirme Françoise.

 

Education.

 

Partisane des classes à petit nombre d'élèves, Françoise Le Karv Vaillant aimerait qu'on développe les sciences spatiales et autres. "Parce que tant que nous ne savons pas aller dans l'espace, nous nous devons de prendre soin de notre terre", justifie la candidate. Cependant, peut-elle m'indiquer qui pourrait financer la conquête de l'espace bretonne par exemple? "Les écoles de recherches déjà présentes à Brest, Nantes et Rennes", me répond-elle du tac au tac. "On a un sacré potentiel de ce point de vue là", m'apprend Françoise. Elle est d'ailleurs déçue de la mauvaise orientation qu'on rencontre régulièrement dans les organismes spécialisés à cet égard. Persuadée qu'on devrait repérer les qualités des enfants plus vite, la maman en déduit qu'ils perdraient moins de temps s'ils étaient orientés vers la voie qui leur correspond le mieux plus jeunes.

Comme écrit plus haut, la candidate au réveil du Parlement de Breizh est amenée à travailler auprès d'enfants. Témointe du manque de moyens donnés pour la préparation d'ateliers en centre de loisirs, elle sait qu'il en est de même pour les professeurs dans les écoles. "Quand tu prépares un dossier dans une entreprise privée, on ne te demande pas de le faire sur ton temps personnel", proteste Françoise. Une possible traduction de la déconnexion quasi-totale entre les politiques français et ceux qui leur ont fait confiance. "Ils sortent tous de l'ENA (5). On devrait supprimer cette école. S'engager pour son pays n'est pas une perspective de carrière", juge la vagabonde.

Consciente que la responsabilité est partagée avec les parents, Françoise Le Karv Vaillant a constaté qu'il n'était pas rare de se retrouver face à des CM2 qui ne savent pas lire. Il serait important de réguler la procréation. "Si l'on diminuait les allocations familiales, les parents feraient peut-être moins d'enfants et pourraient, par conséquent, consacrer plus de temps à leur progéniture", propose l'animatrice. Une mesure qu'elle envisage aussi plus radicalement. "Taxer les couples qui ont beaucoup d'enfants est aussi une solution pour les responsabiliser", déclare Françoise.

La discussion se poursuivra jusqu'aux environs de minuit. Et telle des Cendrillons, nous nous envolâmes!

 

L'oeil d'une blonde.

 

1. Le TAFTA (Trans-Atlantic Free Trade Agreement) est un projet d'accord commercial entre les Etats-Unis et l'Europe. Négocié par la commission européenne, elle-même mandatée par 28 gouvernements de l'Union Européenne.

2. Le CETA (Canada-Eu Trade Agreement) est un vaste accord commercial négocié depuis 2009 entre le Canada et l'Union Européenne.

3. Une coopérative est une forme d'organisation de sociétaire fondée sur le principe de la coopération. Elle a pour objectif de servir au mieux les intérêts économiques de ses participants (sociétaires ou adhérents).

4. Une GIE (groupement d'intérêts économiques) est, en France, un groupement doté de la personnalité morale qui permet à ses membres (qui doivent être au minimum deux), de mettre en commun certaines de leurs activités afin de développer, améliorer ou accroître les résultats de celles-ci tout en conservant leur individualité.

5. L'ENA (Ecole Nationale d'Administration) est une école qui a pour objectif de former les hauts fonctionnaires de l'Etat Français.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents