Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'oeil d'une blonde

L'oeil d'une blonde

Un blog journalistique écrit par une jeune femme blonde sur l'actualité en Bretagne dans un premier temps.


Gilbert Josse, l'indépendantiste de longue date.

Publié par L'oeil d'une blonde sur 16 Octobre 2016, 18:40pm

Catégories : #parlementdebretagne

C'est en fin d'après-midi que je me rends à Aucaleuc, petit village près de Dinan, où Gilbert Josse et moi devons nous entretenir. Un rendez-vous où le candidat aux élections nationales bretonnes m'accueille pieds nus...

 

Gilbert Josse, candidat aux élections nationales bretonnes de novembre 2016.

Visiblement totalement zen, Gilbert me présente à sa compagne et ses deux voisins venus leur rendre visite. Ils sont accompagnés de deux petits yorkshires que je ne manque pas de câliner. Mais c'est dans son bureau que le candidat me conduit pour notre entrevue. De petite taille mais assez charismatique, l'homme originaire de Suresnes en banlieue parisienne, m'invite à m'asseoir. Ce qu'il fait lui même par la suite, dans son fauteuil, les doigts de pieds en éventail.

A 61 ans, après un divorce et quatre enfants, Gilbert est à la tête de deux sociétés: Hilvern Conseil et Pentaphi. La première a pour mission de conseiller les entreprises en terme de gestion et d'organisation. La deuxième, plus récente, a pour but de commercialiser le logiciel Anaplan, un moteur de plateforme financière. Un bon point pour l'économie et les entreprises bretonnes si le candidat est élu en novembre 2016. Mais Gilbert a d'autres cordes à son arc.

 

Du Parti Breton au Parlement de Bretagne.

 

Membre du comité Bonnets Rouges du Pays de Dinan, le breton était secrétaire de fédération au Parti Breton il y a encore peu. Une adhésion qui l'a mené, depuis deux ans, tout droit au Conseil National (1) de ce parti indépendantiste. Étant au courant de sa présence sur la liste "Notre Chance l'Indépendance" (2) pour les élections régionales de 2015, je lui demande s'il compte continuer à se présenter aux élections françaises. "Je suis incapable de répondre", avoue Gilbert Josse. Mais après quelques secondes de silence, il ajoute: "pas aux prochaines législatives mais aux municipales oui". Sa décision pour les régionales et nationales dépendra du retentissement ou non du Parlement de Bretagne.

L'indépendance de Breizh est son but ultime et certainement la raison principale de sa candidature à la future fonction de parlementaire. "On y arrivera par la porte ou par la fenêtre, mais j'aimerai bien que le Parlement de Breizh soit l'instrument qui y parvient", me déclare l'armoricain. Rempli de détermination, Gilbert enchaîne sur une petite note d'humour: "je suis un monarchiste convaincu mais pour retrouver un duc... Il faut ressortir les épées!".

Comme il l'écrit dans sa profession de foi, Gilbert sait faire la différence entre un Etat et une Nation. Deux notions qu'il fait bien de nous rappeler: "[u]ne Nation c'est un peuple, une culture, un drapeau (...), un hymne (...), une/des langue(s) (...). Et un Etat c'est une Nation qui se dote d'une organisation d'où résulte, pour les individus qui la composent, dans ses rapports avec ses membres, une puissance suprême d'action, de commandement et de coercition". Le chef d'entreprise a donc bien conscience que le réveil du Parlement doit pouvoir donner à la Nation bretonne un Etat.

 

Une constitution qui devra être reconnue.

 

S'il est élu, Gilbert Josse travaillera sur une déclaration de souveraineté du Parlement de Bretagne à déposer auprès de l'Etat français, ses représentants en Bretagne, la Commission Européenne et l'ONU. "Je doute que la France reconnaisse ce parlement", nous fait-il part. Mais en cas d'échec, il aimerait porter ce conflit devant une juridiction internationale. Un travail qu'il serait possible d'effectuer en collaboration avec l'Association des Nations de l'Hexagone. "Je trouve ridicule qu'en Bretagne les gens soient incapables de parler d'une seule voix". Une perte d'énergie selon lui.

Cette étape franchie, la rédaction d'une constitution prendrait tout son sens. Mais le peuple breton acceptera-t-il la demande d'indépendance du potentiel futur parlementaire? C'est une possibilité à laquelle le bonnet rouge propose, lui aussi, un recours au référendum. "Le modèle suisse, si je fais taire mes instincts monarchiques, est une bonne base de travail. Le seul bémol est de faire de ce système quelque chose d'intelligent, qui fonctionne correctement, avec des gens courageux et dont l'éducation pourrait les amener à voter contre leurs intérêts personnels si nécessaire".

Dans l'optique de responsabiliser la population bretonne, Gilbert souhaite s'inspirer de ce qu'il a vu lors de ses nombreux voyages professionnels à travers le monde. "En Afrique, le vieux du village est consulté en permanence. On pourrait faire de même dans nos communes via la mise en place d'un Conseil des Sages". Une idée à l'image des Conseils des Jeunes déjà à l'oeuvre en France administrative. Sauf qu'en Bretagne, la majorité serait abaissée à 17 ans. Une volonté de l'aucaleuen qu'il justifie quand on l'interroge: "j'estime qu'à 17 ans, de nos jours, on doit être capable d’apposer sa pierre à l'édifice"

 

Le comité Bonnets Rouges du Pays de Dinan en décembre 2013, peu de temps après sa création, avec Gilbert Josse en bas à droite (source ouest-france).

 

Éducation, emploi et environnement.

 

Cette nouvelle Bretagne où le droit de vote deviendrait une obligation mais où le vote blanc serait également reconnu, Gilbert Josse y croit mais ne pense pas la connaître à son âge.

Cependant, il a espoir pour les générations futures et estime que l'obtention d'un diplôme ne doit pas être la seule et unique façon de reconnaître les capacités de quelqu'un. "En Allemagne, lorsque tu poursuis tes études, ton cursus scolaire (peu importe le niveau) passe forcément par l'apprentissage", nous apprend le chef d'entreprise. "En France, on a un décalage entre ce qu'on a appris et les besoins de l'entreprise où l'on est embauché. Apprendre un métier c'est s'enrichir et s'améliorer toute sa vie". A ce titre, la plus belle école qui existe aux yeux de l'indépendantiste est celle des Compagnons du Devoir (3). Une instruction qu'il veut gratuite du primaire au secondaire.

Qu'en est-il de l'emploi? Une problématique d'actualité que Gilbert connaît bien et qu'il propose de résoudre en appliquant l'égalité des salaires. "Seule l'expérience dans le métier/poste peut être discriminante", écrit le candidat dans sa profession de foi. Mais, l'accès à un emploi serait prioritaire pour la personne ayant acquis la nationalité bretonne.

Le respect environnemental fait également parti des sujets qu'il est urgent d'étudier. Je demande donc au membre du Conseil National du Parti Breton de me donner un exemple de ce qui pourrait être fait dans ce sens. "Sans réflexion comme ça, il y a un truc que je ferai assez facilement. Toute personne vivant à moins d'un kilomètre de la côte, devrait, si elle n'est pas raccordée au circuit communal, avoir une station d'épuration privée. Plus globalement, je suis pour zéro rejets de produits toxiques en mer", nous confie Gilbert. 

L'homme a commencé sa carrière dans le traitement des eaux et dit qu'on a les moyens d'arrêter, par exemple, d'utiliser de l'eau potable pour nos toilettes. Les japonnais le font déjà. "Je suis un vieux plongeur et j'ai pu constater qu'à Marseille, lorsqu'on met des étoiles de mer dans l'eau propre, elles meurent", ajoute-t-il. Une preuve de l'adaptation de la biodiversité au monde que l'humanité leur réserve si on continue nos bêtises. Malheureusement, toutes les espèces n'en sont pas capables et des produits, comme le Roundup de Monsanto, devraient être interdits à la vente. Une demande de plus en plus revendiquée que le candidat compte rendre réelle. 

Notre échange se termine par la question qui, vous le savez, sera commune à tous nos entretiens dans le cadre de cette série de portraits. Que pense Gilbert Josse de la candidature au élections présidentielles françaises de Christian Troadec en 2017? "C'est une candidature nécessaire à cause de l'hérésie absolue de la reforme territoriale. Le leader du Mouvement Bretagne Progrès (MBP) doit être la voix des régions. Le temps est fini où Paris doit gouverner la France"

 

L’œil d'une blonde. 

 

1. Le Conseil National du Parti Breton est différent du bureau et des fédérations. Il est composé d'une vingtaine de personnes (les secrétaires fédéraux sont des membres d'office) qui peuvent prétendre à entrer au bureau. Un bureau élu pour deux ans. 

2. "Notre Chance l'Indépendance" est le nom de la liste indépendantiste bretonne qui s'est présentée, pour la première fois, aux élections régionales françaises en Bretagne administrative. Elle était menée par Bertrand Deléon et soutenue par le Parti Breton. 

3. Les Compagnons du Devoir est une école où l'on forme des jeunes à partir de 15 ans aux métiers traditionnels. Elle est basée sur l'apprentissage, la vie en communauté et le voyage. 

4. Le Roundup est le nom commercial d'un herbicide produit par la multinationale américaine Monsanto. C'est un produit toxique et classé cancérigène probable.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents