Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'oeil d'une blonde

L'oeil d'une blonde

Un blog journalistique écrit par une jeune femme blonde sur l'actualité en Bretagne dans un premier temps.


Le 14 juin 2016: manifestation contre la loi travail vue de l'intérieur.

Publié par L'oeil d'une blonde sur 4 Juillet 2016, 17:45pm

Catégories : #loielkhomri

Une petite partie des manifestants contre la loi El Khomri, le 14 juin 2016 à Paris (Source Libération).

Une petite partie des manifestants contre la loi El Khomri, le 14 juin 2016 à Paris (Source Libération).

Il est 6 heures du matin ce mardi 14 juin 2016, quand j'arrive sur le parking de la piscine de Bréquigny. Il fait froid, le ciel est gris et je dors littéralement debout. Mais l'arrivée des autres manifestants contre la loi travail élargit petit à petit mon sourire. Syndiqués, membres de la fonction publique, étudiants, tous et toutes ont beaucoup d'espoir en cette journée de mobilisation à Paris.

Sept bus nous attendent sagement l'un derrière l'autre. Certains sont étiquetés CGT, d'autres Force Ouvrière. Après discussion, il est convenu que les jeunes, chômeurs et étudiants ne payeront pas le trajet. Un exemple de solidarité qu'on observe depuis le début de ce mouvement. En effet, lors d'attaques policières à la bombe lacrymogène, vous ne pouvez pas être dix secondes sans qu'une personne vous propose du sérum physiologique afin de soulager vos yeux.

Je ne suis pas syndiquée et je n'ai pas particulièrement confiance en la loyauté d'un Pierre Martinez. Cependant, j'ai beaucoup de respect et d'admiration pour ceux qui m'entourent aujourd'hui. Ce sont eux qui maintiennent l'espoir d'une vie meilleure au sein des entreprises, eux qui perdent une partie de leur salaire lorsqu'ils battent le pavé pour ceux qui n'en ont pas la possibilité, eux qui subissent les critiques de leurs collègues aveuglés par la boite à troubadour.


Une manifestation historique


Le trajet passe vite. Il faut dire que je le passe dans les bras de Morphée. Cinq kilomètres sont prévus au compteur cet après-midi. Il faut que je sois en forme. C'est lorsque nous arrivons sur le périphérique parisien que je me réveille. D'habitude, lorsqu'on se retrouve en plein embouteillage, ce n'est pas le meilleur moment de la journée. Mais aujourd'hui, c'est différent: les bouchons sont principalement créés par les 1000 bus affrétés par les syndicats! Alsaciens, bretons, marseillais, savoisiens... Toute la France administrative a fait le déplacement! L'excitation pousse alors chacun d'entre nous à descendre plus vite que prévu des véhicules. C'est parti!

L'ambiance est bon enfant. Les étudiants chantent et scandent des slogans, les dockers marchent d'un pas décidé au son des tambours, la CGT imprime ses initiales sur la route à l'aide de fumigènes... Les grévistes protestent dans la joie et la bonne humeur et les parisiens semblent apprécier le spectacle.

L'un d'eux nous accoste, moi et mes amis, tout en filmant avec son portable: "Hey! Vous venez d'où?!", demande-t-il. "De Bretagne", lui répondons-nous. "Wouah! Même les bretons sont parmi nous frère!", dit-il en s'adressant à son téléphone portable. Il est vrai que moi aussi, je n'ai jamais vu autant de monde lors d'une manifestation! Des jeunes, des vieux, des moins vieux. CGT, FO, SUD. Des femmes, des hommes, des adolescents. La France sous toutes ses formes est dans la rue ce mardi 14 juin 2016. Même la CGT police défile avec nous. Les yeux inondés d'étoiles, je les félicite pour leur présence, leur solidarité et surtout leur courage de défiler avec nous. Personne n'a oublié les nombreux affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ces quatre derniers mois. Mais l'un d'eux me remercie d'être venue à leur rencontre et me dit sur un ton déterminé: "on n'est pas nombreux mais d'autres viendront".

Des policiers syndiqués CGT qui défilent aux côtés des manifestants.

Des policiers syndiqués CGT qui défilent aux côtés des manifestants.

La question de la "casse"


C'est après avoir parcouru un peu plus de la moitié du trajet qu'un sentiment d'amertume me gagne. De nombreuses vitrines sont brisées, notamment celles de l'hôpital Necker. J'apprendrai plus tard que cet incident aura été provoqué par un seul homme en l'espace de dix secondes, à l'aide d'une masse. Un acte commandité pour discréditer cette manifestation historique? Je vous laisse juger...

Je suis la première à applaudir lorsqu'on s'attaque au banques ou encore aux assurances. La majorité des français savent, ou devraient ouvrir les yeux, sur le fait que ces sociétés se font des milliards d'euros grâce à nos AGIO, intérêts et j'en passe... Ils sont tout aussi responsables, voire plus que les politiques, de la précarité grandissante. C'est donc logique et compréhensible que certains expriment leur rage contre le monde de la finance. Cependant, pourquoi faire une frayeur aux employés de grandes chaînes de magasins, premières victimes de ces dernières? On peut être alter-mondialiste, contre la sur-consommation ou/et les gros actionnaires bien entendu, mais il est maladroit de l'exprimer de cette manière. Surtout quand la plupart de la population est toujours soumise au système. Pourquoi offrir la possibilité à vos détracteurs de vous faire passer pour des casseurs? Réfléchissons avant d'agir! En s'emportant, certains laissent involontairement le gouvernement les utiliser pour diviser le peuple. Préférez la peinture au bris de glace! C'est plus joli et ça choque beaucoup moins les personnes qui pourraient encore rejoindre le mouvement.

Tout d'un coup, le cortège est stoppé. Tout le monde reste calme et tente de sauter à pieds joints ou de monter sur les épaules d'un collègue pour comprendre ce qui se passe. Des échauffourées ont lieu entre manifestants et forces de l'ordre 500 mètres plus loin.Les gendarmes mobiles forment une rangée devant nous afin que nous ne rejoignons pas la bataille. Pour une fois, contrairement à ce que j'ai vu et vécu à Rennes, les forces de l'ordre font leur travail de sécurisation de la manifestation. Malheureusement, j'apprendrai plus tard, via des médias indépendants, que la violence est de nouveau montée crescendo d'un côté comme de l'autre...


Nous sommes 7 milliards sur Terre, 100 000 selon la police.


Je n'irai pas jusqu'à la place Vendôme. Le bus nous attend pour le retour. Nous sommes lessivés mais tellement fiers de ce que nous avons montré aujourd'hui! Lorsque nous remontons le cortège, j'ai l'impression qu'il est interminable! D'ailleurs, je n'en vois pas la fin.

Certains s'exclament la voix enjouée: "on n'avait pas vu ça depuis 1995!". Apaisée, je ferme les yeux et suis réveillée une heure plus tard par des rires et l'Internationale (1). L'arrière du bus s'est transformé en comptoir: après l'effort, le réconfort! Et ce qui est à la fois beau et pas étonnant, c'est que ce sont des chants bretons qui seront ensuite chantés par les manifestants.

Alors peu importe les stupides chiffres de la préfecture, nous sommes 7 milliards sur Terre, 100 000 selon la police ;)


L’œil d'une blonde.

1. L'Internationale est un chant révolutionnaire dont les paroles furent écrites en 1871 par Eugène Pottier et la musique composée par Pierre Degeyter en 1888.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents